mon forum à moi pour mes tests personnels (code CSS, HTML) mais aussi graphisme et stockage de RPG
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

So thanks for making me a fighter (Hunter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Admin
Messages : 348
Date d'inscription : 26/06/2012


MessageSujet: So thanks for making me a fighter (Hunter) Mer 21 Juin - 16:10

Son cœur sursaute, elle l’entend battre au creux de ses tempes. Les sons semblent étouffés et sa vue se trouble. Elle n’a plus de raison, de conscience, elle n’a qu’un but : courir. Le reste du monde ne compte plus, elle ne pense plus à rien, elle se laisse guider par l’adrénaline qui court dans ses veines dictant sa conduite et chaque foulée supplémentaire la rapprochant un peu plus de son objectif. Elle ne prête pas attention aux avertissements de ces collègues qui veulent la ramener à la raison. A vrai dire, elle ne les entend pas, elle n’entend plus que son rythme cardiaque qui s’affole. Elle se concentre sur ses foulées, sur ses pieds afin de ne pas trébucher. Elle a l’impression de jouer sa vie en cet instant. Observer, c’était la seule chose qu’elle devait faire, la seule tâche qu’elle devait accomplir. C’était les conditions d’Hunter afin qu’elle puisse assister à cette descente dans une petite maison pavillonnaire de South LA, dans le but de la former. Selon ses supérieurs, bien qu’entrainer elle n’était soi-disant pas encore prête à faire face à de telles situations. Elle était encore jeune, pleine de fougue et imprévisible.

Naturellement, il n’y avait pas de meilleur endroit pour débusquer quelques trafiquants de drogues. Ceux-ci n’était pas bien dangereux, un petit groupe à part tentant de se faire un nom parmi les gros cartels, La police de LA avait même décidé de laisser couler, les laissant au bon soin de la pègre local intransigeante sur les limites de son territoire. Mais quelques jours plutôt, l’un de leurs membres avait franchi une limite. Un flic avait été retrouvé mort au fond d’une ruelle. Mauvais endroit, mauvais moment, rien de plus, il ne portait même pas l’uniforme à ce moment-là. Mais il avait essayé de s’interposer, de protéger les citoyens de cette ville, de respecter son serment. La caméra de sécurité avait été formel et l’identité du suspect vite confirmé. Il n’en fallut pas davantage avant que l’ensemble du commissariat ne réclame justice d’une seule et unique voix.

Hunter faisait partie intégrante de l’équipe chargée de débusquer le tueur ainsi que sa fine équipe déjà fichée dans les bases de données du poste de police. Il avait pris l’initiative d’offrir à Maxyne l’opportunité de participer à la descente, mais seulement depuis les voitures formant un périmètre de sécurité autour de l’habitation et en tant que simple spectatrice. Elle se souvient encore du regard soucieux de Logan avant qu’il ne donne son approbation, surement trop inquiet de ne pouvoir être là pour la protéger. Arrivée sur les lieux, elle s’était contentée de descendre de la voiture, une main sur son holster et l’autre contre son gilet pare-balle marqué du sigle LAPD pour se rassurer. Peu habituée à ce genre d’accoutrement, elle était néanmoins fière de le porter. En retrait, la brune avait assisté à l’assaut mené par Hunter et ses coéquipiers. Soucieuse, le front plissé, elle avait écouté chaque timbre de voix, chaque bruit avec concentration, essayant de deviner ce qu’il se passait dans la petite maisonnette. Puis son sang n’avait fait qu’un tour, quand elle l’aperçu se faufiler à travers la porte arrière de la cuisine. Lui, ce meurtrier, ce tueur de flic. En un instant, la raison l’avait quitté, elle s’était lancée à sa poursuite.

Grâce à sa forme physique, la jeune Coleman arrive rapidement à réduire la distance qui les sépare. Elle le prend de vitesse et tente sa chance afin de le plaquer rapidement au sol, en se jetant sur lui de tout son poids. Elle profite d’un moment d’hésitation pour se relever rapidement et lui faire face. Elle se met sur ses appuis, ne prêtant pas attention à la douleur lancinante qui se diffuse dans son épaule gauche. Peu à peu l’adrénaline est évacuée de son organisme, remplacée par un sentiment de panique et de peur. Elle se rend finalement compte de son imprudence, elle se sent soudainement très bête de s’être lancée à sa poursuite, seule. Envahie par la crainte, elle s’immobilise une seconde de trop, cette seconde supplémentaire qui permet au suspect de sortir un couteau de la poche arrière de son jean avant même qu’elle n’est pu dégainer son arme. « Alors ma jolie, tu comptes faire quoi maintenant ? » la nargue-t-il tout en reniflant, la menaçant de son arme blanche. Elle met ses mains en évidence et tente de calmer sa respiration, elle doit être plus intelligente que lui, elle se doit de garder son sang-froid et ne pas se laisser emporter par sa colère. Un sourire satisfait s’installe sur son visage crasseux, tandis qu’il glisse un regard plein de sous-entendus sur son corps, la détaillant de la tête au pied. Elle ne peut s’empêcher d’afficher un air de dégoût et de reculer d’un pas. « Je ne savais pas qu’il recrutait des petites poulettes dans ton genre dans la police. Tu comptes faire quoi ?! M’attaquer avec ton dissolvant à ongles ? » Fier de sa réparti, il laisse échapper un petit rictus et baisse légèrement sa garde. Poussée par la rage et le désespoir, la jeune officier en profite pour passer à l’offensive, elle sait que c’est son unique chance de prendre le dessus. Elle se jette corps et âme dans cet affrontement et lui décoche un bon crochet du droit grâce à l’effet de surprise. Elle sent l’onde d’énergie se répandre à travers les muscles de son bras jusqu’à se dissiper. La sensation est étrange, bien différente de celle qu’elle éprouve lorsqu’elle frappe dans un sac rempli de sable. Maxyne retrouve peu à peu son aplomb et le défi du regard, ce qui ne semble clairement pas apprécié, mais au moins elle a réussi à le faire taire. Concentrée, elle ne fait pas deux fois la même erreur, elle ne cède pas à la panique qui l’immobilise. Au contraire, elle fait confiance à son corps, à ses heures d’entrainements, elle se sent prête à tout affronter. Elle ne quitte pas la lame des yeux, elle utilise sa jeunesse, sa fougue comme atout pour le déstabiliser, le fatiguer et esquiver ses coups. Elle a l’impression de danser d’un pied sur l’autre depuis des heures et pourtant, il ne s’est passé que quelques minutes depuis qu’elle s’est lancée à sa poursuite. Finalement, elle arrive à profiter d’une ouverture pour le désarmer d’un coup de pied bien placé, mais elle n’est pas assez rapide pour contrer le coup suivant. Elle sent un goût métallique se répandre dans sa bouche en même temps que ces genoux flanches, sonnée par la férocité du coup. Instinctivement elle porte sa main à sa bouche, sur sa lèvre fendue. Choquée, elle regarde ses doigts immaculés de son propre sang. Elle lève les yeux vers son agresseur, apeurée. Il n’a pas fallu qu’une fraction de seconde pour qu’il reprenne son air arrogant. Elle ne peut détacher ses yeux de ce sourire victorieux qu’il arbore, tandis qu’il est légèrement essoufflé par la confrontation. Elle rampe sur ses coudes, tandis qu’il se rapproche dangereusement d’elle, le regard mauvais, prêt à lui faire payer. Elle n’a qu’une envie s’enfuir, qu’on lui vienne à l’aide, mais elle est seule face à cette brute. Il se penche sur elle, prêt à la saisir à la gorge, elle sent son haleine chargée en alcool, répugnante. Elle ferme un instant les yeux pour se donner du courage, puis elle frappe fort, de tout son être, dans les tibias de son assaillant. Elle sent la rage se répandre dans ses veines alors qu’il tombe au sol sous le coup de la douleur. Elle ne prête aucune attention à ses gémissements plaintifs et le bloque au sol de tout son poids, se plaçant au-dessus de lui. Elle sait qu’elle devrait se contenter de lui passer les menottes et de lui dire ses droits mais elle n’arrive pas à être rationnelle. Alors, pour la première fois, Maxyne franchit la limite. Elle laisse la colère prendre le pas sur sa raison, elle laisse sa frustration s’évacuer à travers ses poings, elle ne cesse de le ruer de coup, elle ne peut plus s’arrêter, elle se libère de sa peur. On sent dans ses coups tout le désespoir qu’elle porte en elle, tandis qu’il tente de protéger son visage de ses avant-bras, visiblement sonné. « Pourquoi merde, pourquoi il a fallu que tu le tues ! » Elle sent les larmes commencer à couler le long de ses joues, incontrôlables, tout comme elle. Il lui lance un regard chargé d’incompréhension, apeuré. « T’as pensé à ses enfants, hein ?! Comment vont-ils faire pour grandir sans père ? » Elle ne peut s’empêcher de faire le lien avec sa propre histoire, elle sait qu’il est dur de grandir sans père dans ce monde parfois sans pitié. Elle s’inquiète pour ses enfants désormais orphelins. Elle n’arrive pas à effacer de sa mémoire le visage baigné de larmes de ces deux enfants, lui rappelant bien trop le sien, huit ans plutôt. Elle ne souhaite à personne de traverser ce qu’elle a vécu. Et puis soudainement, elle se sent tirée en arrière, des bras puissants s’enroulent autour de sa taille pour la soulever, tandis qu’elle se débat rageusement. « Alors vieux pervers ! Ca fait quoi de se faire mettre une raclée par une fille hein ?! » hurle-t-elle à l’attention du suspect alors qu’on l’éloigne de son souffre-douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://surferbabex3.lebonforum.com

Admin
Messages : 348
Date d'inscription : 26/06/2012


MessageSujet: Re: So thanks for making me a fighter (Hunter) Mer 21 Juin - 16:11

L'homme, les bras croisés au niveau du torse attendait la fin du discours qui commençait dangereusement a l'ennuyer. Il ne pouvait s'empêcher de se demander pour quelles raisons il avait accepté d'être ici. Surement car il s'agissait de son métier et qu'il se devait de le montrer. D'un côté il regrettait d'être venu, de l'autre il savait que c'était la meilleure chose à faire. Une fois que le capitaine eut terminé son speech habituel pour expliquer la mission du jour, il décroisa les bras, essayant d'afficher un sourire moins crispé tandis qu'on le désignait. Il n'était pas réellement habitué à travailler avec la criminelle. Il n'avait absolument rien contre eux, mais il n'évoluait pas dans le même univers. Il n'avait pas non plus les mêmes objectifs que les leurs. Pourtant, il en connaissait des policiers de chez eux. Logan pour commencer, avec qui il avait fait ses années de formation et qui était reste un ami pour lui depuis tout ce temps. Il n'était pas le genre d'hommes hautain à dire que son travail était plus important que le leur, il ne se considérait pas ainsi, c'était seulement qu'il ne combattait pas les memes personnes. Sauf aujourd'hui. Tout du moins, on lui avait demandé de participer à cette mission d'interpellation. Quelque chose qu'il était plutôt capable de maîtriser. Par contre, il n'était pas sûr d'apprécier l'idée d'être aux commandes et d'avoir du monde à superviser. Ce n'était pas son truc. Il était un chasseur solitaire, préférant travailler seul plutôt qu'en équipe. Il n'y avait qu'avec Shane qu'il acceptait de former un duo. Ils avaient une façon bien différente de fonctionner, mais ils s'en sortaient toujours. Certainement car la confiance qu'ils avaient l'un en l'autre était totale. Hunter ne se sentait jamais en danger quand il était avec son élève, il savait que ses arrières étaient couverts et qu'il ne risquait rien. Dans toutes ces têtes présentes devant lui, il n'était pas sûr de pouvoir penser la même chose. Il ne doutait pas qu'ils avaient été bien formés , qu'ils étaient de bons flics, mais ils ne les connaissaient pas assez pour leur confier sa vie. Pourtant, il y était plus que contraint. Il n'avait guère le choix. Mais la confiance était ce quelque chose qu'il avait bien du mal à accorder. Si encore il y avait eu Logan dans le groupe, il aurait pu revoir ses positions. Il s'avança vers le capitaine qui lui adressait un signe de la main pour qu'il le rejoigne. Bizarrement, cela ne l'enthousiasmait pas vraiment. Cependant, il s'approcha de lui, le visage sévère, comme à l'accoutumé. « Alors Gordon, vous êtes prêt? ». En entendant la phrase, il dut se retenir pour ne pas rire. S'il n'était pas prêt, il ne serait certainement pas là mais plutôt en train de bosser sur ses propres enquêtes. « Toujours prêt. On l'aura, croyez-moi. », répondit-il d'un ton sérieux. Ce n'était pas dans ses objectifs de laisser celui qu'ils désiraient attraper s'en sortir. Encore moins alors qu'il était responsable de la mort d'un flic. Il connaissait bien le client dont il était question et il ne comptait pas le laisser partir. Il avait profité de la faiblesse de la justice une fois, mais cette fois il ne pourrait pas y échapper. « Vous savez pourquoi c'est vous qui gérait cette mission. Je compte sur vous pour qu'il n'y ait pas de débordement et pour que tout soit fait dans les règles. Vous êtes sous mes ordres aujourd'hui et je serai beaucoup moins laxiste que le capitaine Rodgers si les choses dégénèrent ». Il regarda l'homme, d'un air un peu crispé, avant d'afficher un faux sourire. Il avait grandement envie de lui dire de se taire et il prit sur lui pour ne pas le faire. Il était certain qu'avec lui les règles n'étaient pas toujours respectées, que très souvent il dépassait les limites en employant des méthodes obscures. Malgré tout, les résultats prouvaient que sa manière de travailler était efficace. Tous les jours, elle faisait ses preuves, même si elle ne ressemblait pas à celle enseignée à l'école de police. Il pouvait l'expliquer au responsable de la criminelle, en affichant un air narquois ou être diplomate pour une fois. « Je sais oui et on l'aura. Je ferai le maximum pour que les choses se passent bien, mais si pour arrêter ce fumier, il est nécessaire de changer de voie, je le ferai sans aucune hésitation. Et si jamais cela ne vous convient pas, vous avez toujours le temps pour trouver quelqu'un d'autre pour s'occuper de cela. » , répliqua-t-il d'une voix manquant cruellement de douceur. Il risquait certainement de se faire recadrer à cause de ses paroles. Il s'en fichait. Ce n'était ni la première fois, ni la dernière d'ailleurs. Les traits de son interlocuteur se fermèrent, laissant apparaître une mine agacée, presque contrariée. Et nul doute que s'il n'y avait pas eu autant de personnes dans la pièce, il y aurait eu une discussion houleuse entre eux. Les deux hommes ne s'aimaient pas vraiment et cela se voyait largement quand ils étaient amenés à se croiser. « On en reparlera plus tard mais vous devriez apprendre à respecter vos supérieurs », finit-il par dire avant de s'en aller plus loin. Sans se faire prier, il se dirigea vers les vestiaires, récupérant son arme de service. Il n'était pas un grand amateur des armes à feu, mais il était forcé d'en avoir toujours une sur lui. On lui apporta un gilet pare-balles qu'il enfila, mécontent. Il était supposé se sentir plus protégé avec, mais il se sentait surtout plus gêné dans ses mouvements. Comme pris dans une sorte d'armure désagréable. Il installa son pistolet à la ceinture, puis une fois équipé, il alla à l'extérieur où tout le monde se trouvait d'ores et déjà. Sans attendre très longtemps tous les policiers présents partirent en direction de la maison où le suspect avait été repéré. Il était concentré sur la mission, comme à chaque fois. Car il savait que la préparation était importante. Il n'aimait pas parler aux autres ou faire semblant de faire la conversation. Ce n'était pas lui. Arrivé sur les lieux, tout alla très vite. Il donna les ordres à tout le monde, indiquant à chaque personne où elle devait se trouver. Et surtout il jeta un regard à la jeune Coleman pour lui rappeler qu'elle ne devait pas bouger. C'était la seule condition imposée pour sa présence ici. Au début, il avait bien perçu le regard désapprobateur de Logan. Son ami avait été assez clair. Il ne voulait pas que la jeune femme prenne des risques inutiles. Hunter avait nettement trop d'estime pour lui pour ne pas respecter ses désirs. Il le comprenait parfaitement pour avoir vécu la même chose avec Shane. La première fois, il n'avait pas aimé l'idée de voir son élève travailler avec quelqu'un d'autre. Ce n'était pas en Shane qu'il doutait, seulement en les autres. Alors il comptait bien prendre soin de Maxyne pour être sûr qu'elle soit en sécurité. En temps normal, il était considéré comme un homme froid, dur, mais Logan était l'un de ses amis depuis de nombreuses années, ce qui l'obligeait à se comporter différemment. Rapidement, il guida les hommes, pénétrant dans la maison arme à la main. Il était peu habitué à agir dans une si grande équipe, à se montrer, lui qui normalement était l'homme discret intervenant sans que personne le sache. Aujourd'hui ils étaient tous exposés. Lentement, l'esprit totalement focalisé sur son travail, il rentra par le couloir menant à la salle, laissant le soin à une autre partie des hommes de vérifier la cuisine. Il pouvait entendre son coeur battant fortement dans sa poitrine, l'adrénaline le gagnait, et il n'y avait rien de plus agréable pour lui que cette sensation qui le galvanisait. Il n'était plus le même dans ce genre d'instant. Il savait que l'homme pouvait surgir à n'importe quel moment, de n'importe quel endroit, mais il ne ressentait aucune peur, aucun stress. Avec les années, il avait appris à maîtriser, allant jusqu'à le faire disparaître presque totalement. Rares étaient les fois où une descente parvenait à le stresser. Peu de temps s'écoula avant que les choses ne basculent. L'un de ses coéquipiers du jour annonça dans les oreillettes qu'ils portaient tous que le suspect venait de prendre la fuite. Il sentit immédiatement la colère monter en lui, énervé de faire face à des incapables, ne sachant pas retenir un homme alors qu'ils étaient bien plus nombreux sur lui. « Putain mais vous avez eu votre diplôme à l'épicerie du coin ou quoi ?! », brailla-t-il dominé par l'énervement qui montait en lui. Comme toujours, il allait passer pour le méchant de service mais cela lui importait peu. Il n'avait pas envie d'être gentil avec de pareils crétins. Les regards des hommes autour de lui devinrent plus apeurés, les individus se demandant certainement ce qui les attendait maintenant qu'ils avaient échoué. Une seconde plus tard, tandis qu'Hunter réfléchissait et tentait surtout de ne pas se laisser aller à cette colère capable de le dominer et de le posséder totalement, un flic à la respiration haletante apparut devant lui. « Coleman ! Elle l'a suivi ! Ils sont dehors ! ». L'annonce suffit à fermer le visage de l'anglais encore plus. Il avait fait une promesse à Logan et il n'était pas foutu de la tenir. Ce n'était pas qu'il manquait de confiance en elle, mais malheureusement la jeune policière n'avait que peu d'expérience et il n'était pas sûr qu'elle soit en mesure de gérer une interpellation, pouvant devenir musclée. En une fraction de secondes, il remit son arme dans son holster, puis il partit dans la direction annoncée par l'homme pour se lancer à la poursuite de sa collègue et du suspect. Peu à peu sa course se fit plus rapide, et il remerciait ses joggings matinaux pour lui apporter autant d'endurance. Il sentit une pointe de stress gagner sa poitrine, ne pouvant s'empêcher de se demander ce qui était en train de se dérouler pendant qu'il courait pour les rejoindre. Le spectacle qu'il vit devant ses yeux l'incita à accélérer davantage. En quelques foulées, il arriva à la hauteur de la jeune femme qui semblait perdre totalement le contrôle. Il la voyait en train de frapper le meurtrier au sol, il entendait cette voix remplie de haine mais aussi de tristesse. Elle semblait dépossédée de sa conscience, comme si elle était envahie par les ténèbres. Un monde qu'il connaissait par coeur. Mais qu'elle n'était pas supposée rejoindre. Elle n'était plus elle-même,  elle était devenue un démon. Derrière elle, il l'attrapa fortement, la tirant en arrière pour la séparer de son adversaire. Elle tenta de se débattre mais il resserra son étreinte sur elle pour qu'elle ne puisse pas bouger. « Coleman ça suffit maintenant !  », hurla-t-il à son encontre pour qu'elle se calme. Elle n'était pas supposée être ce genre de personnes, elle était formée par Logan, le symbole de la droiture, du flic ne franchissant pas les lignes. Tout le contraire de lui. Il fixa l'homme au sol, bien amoché, dont le visage était teinté d'un liquide rouge. Pourtant cela ne semblait pas le calmer. « La prochaine fois que je te trouve t'auras moins de chance poulette ». Hunter le dévisagea, lui assénant un regard noir, presque assassin. Et tandis qu'il retenait toujours Maxyne, il vit l'autre profiter de cette ouverture pour se relever afin de riposter. Il ne lui en laissa pas la chance, il le saisit, lui mettant le bras dans le dos pour l'immobiliser, jetant son couteau au sol pour qu'il ne puisse plus menacer personne. « T'avises même pas de la toucher si tu veux encore pouvoir marcher un jour », lança-t-il, le ton chargé de mépris. Sortant ses menottes, il lui bloqua les poignets avant de l'asseoir sans ménagement sur le bitume, attaché contre un poteau pour que toute fuite soit impossible. Puis il se tourna vers la jeune brune, les yeux dévoilant son mécontentement envers elle. Il lui attrapa le poignet, l'entraînant un peu plus loin, un oeil toujours fixé sur le suspect même si celui-ci ne pouvait pas bouger. « Merde c'est quoi que tu comprends pas dans le mot "observer" ?! Fallait le dire si je devais te faire un dessin pour que ça aille jusqu'à ton cerveau ! Tu voulais jouer à l'héroïne en l'attrapant c'est ça ? Tu pensais que comme ça tu pourrais impressionner tout le monde ? La prochaine fois réfléchis un peu avant d'agir ! Je pensais que t'avais plus de cervelle que ça  », siffla-t-il entre ses dents, d'une voix sans pitié. Il percevait cette lueur particulière dans ses prunelles. Et il n'était pas sûr que celle-ci lui plaise. Les poignets serrés, il avait le plus grand mal à garder son calme, criant presque sur elle pour lui faire comprendre l'erreur qu'elle avait commise. « Ce n'est pas parce que t'es sortie de l'école de police que t'as plus rien à apprendre. T'aurais fait quoi si les choses avaient mal tourné ? Il aurait pu te tuer si les choses avaient dégénéré ! Et Logan m'aurait tué s'il t'était arrivé quelque chose ! Regarde l'état de tes mains ! », s'exclama-t-il en détournant son regard vers les mains tremblantes de Maxyne dont la peau était rouge à cause du sang de l'homme qu'elle venait de battre. De frapper de manière incontrôlable. « Essuie les », dit-il tentant de s'apaiser. Car il savait que personne ne devait être au courant, personne ne devait savoir si elle ne voulait pas avoir de problèmes. Il avait échoué à la protéger durant la mission, mais il pouvait au moins la protéger maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://surferbabex3.lebonforum.com

Admin
Messages : 348
Date d'inscription : 26/06/2012


MessageSujet: Re: So thanks for making me a fighter (Hunter) Mer 21 Juin - 16:11

Elle ne l’entend par arriver, elle se contente de déverser sa rage à travers ses poings. Sans relâche, elle assène de coup le suspect qui n’a d’autres choix que d’essayer de se protéger. A travers ses coups, elle crie son désespoir, sa solitude. Les larmes coulent sur son visage tordu par la colère et faisant écho à son chagrin. Elle se laisse aller, lui demandant des explications. Explications qu’elle n’obtiendra jamais car rien n’est rationnel dans cette situation. Elle n’est plus rationnelle, mais complètement gouverner par ses émotions. Complètement coupé du monde, elle ne sent la présence d’Hunter que lorsque ses bras s’enroulent autour de sa taille pour la tirer en arrière. Le souffle court, elle s’immobilise un instant, avant de se débattre comme un drogué que l’on éloigne de sa dose. Elle tente de se débattre, elle le supplie de la lâcher, elle veut s’échapper de l’étau que forme ses bras, mais il tient bon. Hunter la maitrise rapidement et le sentir près d’elle, sa chaleur à quelque chose de réconfortant. Mais c’est sa voix, son ton qui finit par l’immobiliser, la calmer en un instant. Elle n’avait jamais entendu ce timbre de voix, cette colère percer à travers les lèvres de l’anglais. Lui qui d’ordinaire n’élève pas la voix pour se faire comprendre, il venait justement de le faire à l’encontre de la jeune flic. Son sang ne fait qu’un tour, elle relâche la tension qui arquent ses muscles et renifle bruyamment. Son ton ne fait pas appel à la conversation.

C’est précisément à ce moment que le dealeur de drogue croit entrevoir une échappatoire et qu’il reprend de l’aplomb ainsi que son couteau. « La prochaine fois que je te trouve t'auras moins de chance poulette » Elle veut répliquer, mais Hunter resserre sa poigne, lui intimant de se calmer. Il finit par la lâcher afin de s’occuper de ce connard qu’il leur pose un peu trop de problème. Elle l’observe faire, prendre sa défense. Le type d’en face n’a aucune chance face à l’anglais et il se retrouve rapidement les mains derrière le dos, menottes aux poignets. Elle en profite pour essuyer rageusement les dernières larmes qui perlent aux coins de ses yeux, laissant une trainée de sang frais sur sa joue. Ses mains sont tremblantes et sa lèvre enflée commence à lui faire mal. L’homme étant désormais attaché à un poteau, elle lui lance un dernier regard de défi pour lui montrer qu’elle n’a pas peur de lui. Mais intérieurement, elle tremble de peur et elle détourne rapidement son regard quand il lui lance un dernier sourire vicieux qui la met mal à l’aise. Elle espère qu’il prendra pour perpétuité, elle n’a aucune envie de le recroiser dans une des rues de Los Angeles et de devoir regarder par-dessus son épaule à chaque coin de rue. Hunter la ramène rapidement à la réalité, la soustrayant à cet échange silencieux. Sa voix est sifflante, froide. Au fond, elle sait qu’il a raison, elle n’a pas respecté les ordres, mais elle n’arrive pas à l’accepter, ni à le reconnaitre. Plutôt sur la défensive elle croise les bras et fronce les sourcils. Elle en a marre que tout le monde la traite comme une gamine, une petite fille fragile. Elle n’est plus cette orpheline blessée et désorientée. Au fil des ans, elle a su se reconstruire et apprendre à s’endurcir. Il faut juste qu’elle arrive à faire ces preuves. « Et j’aurais dû faire quoi alors ?! Le laisser s’enfuir ?! Y en a pas un qui a levé le petit doigt ! On été là pour l’arrêter et c’est chose faites maintenant. » tente-t-elle de se défendre, en élevant la voix, ses prunelles encore animées par la rage. L’injustice, elle n’arrive pas à y faire face, dans son monde il était impossible que le type s’en tire, elle ne pouvait pas l’accepter, pas après ce qu’il la fait. Elle souffle, baisse la tête et fixe le sol, continuant à demi-mots. « Tu comprends, je pouvais pas le laisser s’enfuir… » Ses mots sonnent comme une excuse, une justification. Elle prend peu à peu conscience que l’issue aurait pu lui être fatale, mais elle se rassure en se disant que cela fait partie des risques du métier. Au moins, elle serait tombée en faisant ce qu’elle croyait juste. Son père n’avait pas eu cette chance, il n’avait pas eu l’opportunité de se défendre. Elle serre ses poings et s’efforce de ne pas jeter un regard à l’homme accroché au poteau qu’elle entend gesticuler à travers le bruit des chaines qui résonne contre le poteau. Inconsciemment, elle a l’impression de se retrouver face au tueur de son père, elle n’arrive pas à revenir à la réalité. Maxyne se sent vide, vide de tout sentiments et de toutes émotions, depuis la mort de sa mère, elle a trop souffert, elle a trop encaissé, les plaies du passé se sont rouvertes, laissant un flot de sentiments contradictoires la submerger. Rongée par la culpabilité, elle n’a toujours pas réussi à pleurer sa mort.

Son visage devient blême lorsqu’il mentionne Logan. Oui, il serait grandement déçu. Il ne l’avait pas formé dans cette optique, mais elle était comme toujours imprévisible et têtue. Elle sait qu’elle a tort de le défier mais elle hausse les épaules, négligemment, comme si ces mots ne pouvaient l’atteindre. Elle n’est plus elle-même, elle n’est plus qu’une enveloppe vide, dénuée d’émotions. « Logan devra bien s’en remettre je suis plus une gamine ! Et il n’est pas mon père ! » Elle enfile une mine boudeuse sur son visage. Elle étouffe parfois face à la surprotection qu’exerce Logan, elle n’est plus une petite fille, elle est agent de police et tout comme eux, elle a prêté serment. « Merde ! Vous semblez tous oublier que je suis flic également ! Je ne porte pas cet accoutrement qui pèse une tonne au passage, pour me rendre à un bal masqué ! Je n’ai fait que mon job » vocifère-t-elle afin de défendre sa position. Elle ne sait pas d’où elle sort tant d’audace, mais pour l’instant elle reste campée sur ses positions, sur la défensive. Elle n’accepte pas de se faire disputer comme une petite fille. Elle jette un nouveau regard à ses mains tremblantes et amochées, sur ses ordres, la brune tente de frotter le sang qui a commencé à sécher sur ses mains. Elle tente un regard sur le suspect pour voir l’ampleur des dégâts. Un rire nerveux commence à s’échapper de ces lèvres alors qu’elle prend peu à peu conscience qu’elle a clairement dépassé les bornes. « Euh qu’est-ce qu’on va faire pour lui ? » commence-t-elle, tandis que l’inspecteur Gordon semble se radoucir. « Parce que… C’est vrai que je l’ai salement amoché… » poursuit-elle hésitante en se concentrant sur ses pieds. Il est trop tôt pour plaisanter, mais elle ne peut s’empêcher de réprimer un petit rire, face à la tête qui ne cesse enfler de son assaillant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://surferbabex3.lebonforum.com

Admin
Messages : 348
Date d'inscription : 26/06/2012


MessageSujet: Re: So thanks for making me a fighter (Hunter) Mer 21 Juin - 16:12

Sans difficulté, Hunter parvenait à se rappeler de ses premières sorties sur le terrain, puis des suivantes. Au début, il n'était pas le même qu'aujourd'hui, il n'était pas à l'aise, un peu trop stressé et pas assez attentif aux choses se déroulant devant ses yeux. Au lieu d'écouter ce qu'on lui disait de faire, il était une tête brûlée agissant selon son bon vouloir. D'une certaine manière, il était toujours cet homme transgressant les règles pour appliquer les siennes à la place. Avec les années, il ne s'était pas assagi pour devenir un flic plus responsable, sauf que la seule personne qu'il acceptait de mettre en danger, c'était lui-même. Jamais il ne faisait courir de risques à d'autres personnes. Même quand il s'agissait de Shane, il était plus prudent, connaissant pourtant son élève et sachant que cela s'avérait parfaitement inutile. Seulement contrairement à Maxyne qui venait à peine d'obtenir sa plaque, il avait des années de pratique derrière lui pour l'aider à analyser les situations avant de prendre la moindre décision. Il lui arrivait bien trop souvent d'aller au delà des limites imposées par le raisonnable, de savoir qu'il s'orientait sur une pente glissante, nettement trop risquée mais il le faisait quand même à chaque fois. Dès qu'il était lancé, il ne savait plus s'arrêter. Quand il avait un objectif en tête, il était totalement impossible pour lui de s'en détourner. Alors il était terriblement mal placé pour se comporter en moralisateur avec Maxyne. C'était presque l'hôpital qui se foutait de la charité, car en temps normal il était celui qu'on reprenait à cause de cette facilité qu'il avait à perdre son calme sur les truands qu'il arrêtait. Certes, elle avait commis une faute en le passant à tabac, mais il avait fait nettement pire depuis qu'il était au service de la justice. Il avait été plus loin, il s'était plongé plus en profondeur dans la noirceur. Cela ne paraissait pas l'empêcher de se mettre en colère contre la jeune femme qui faisait preuve d'une audace et d'une rage qu'il ne lui connaissait pas. Il avait la sensation d'être devenu son ennemi, l'adversaire qu'elle avait mis à terre quelques minutes plus tôt. Les traits du visage fermés, il lui lança un regard froid pour lui faire comprendre qu'il n'était pas content. Il était en colère contre elle. Et plus elle osait élever la voix contre lui, plus il avait la sensation de faire face à une enfant impertinente se faisant réprimander après avoir fait une connerie. Il la laissa se défendre, avec son ton colérique, ne bougeant pas d'un millimètre, fronçant simplement les sourcils en la fixant. « Évidemment que tu ne devais pas le laisser partir mais tu devais pas non plus t'en prendre à lui comme tu as pu le faire ! Tu pouvais l'arrêter sans lui refaire le portrait ! », s'exclama-t-il d'une voix dure, plantant son regard noir dans les yeux de la jeune Coleman. En quelques secondes, il pouvait perdre le contrôle de ses nerfs, et se laisser posséder par les émotions les plus ténébreuses, mais il n'avait pas pour habitude de s'emporter , maniant plutôt le sarcasme et la froideur. Il comprit aux mots qu'elle utilisait, qu'elle tentait de s'excuser, qu'elle pensait réellement avoir fait ce qu'il fallait en l'arrêtant avec autant de vigueur. D'une certaine manière, ce n'était pas tant le non respect des ordres de Maxyne qui le dérangeait, c'était les risques insensés qu'elle avait pris en assénant tous ces coups au suspect qui ne lui plaisait pas. Car il savait qu'elle avait laissé parler son instinct, sans prendre le temps de réfléchir à ses actions. Elle s'était laissée aller, sans se dire que peut-être cela était trop risqué pour elle. « Tu pouvais pas le laisser partir je comprends, mais l'amocher comme tu l'as fait c'est non Maxyne ! Tu n'étais pas là pour ça. Qu'est ce que tu aurais fait si tu avais perdu le contrôle de la situation ? Tu lui aurais tiré dessus ? », demanda-t-il fermement, les bras croisés devant son torse. Elle était trop jeune pour utiliser son arme. Malgré le fait qu'ils étaient tous formés à ce genre de choses, aucun policier était réellement préparé à tirer sur quelqu'un avant qu'ils ne soient forcés d'y avoir recours. C'était aussi pour cette raison qu'il préférait utiliser la force des poings, que chaque jour il s'entraînait à combattre pour ne jamais avoir besoin de sortir son pistolet de son holster. Néanmoins, il y avait déjà eu recours plusieurs fois par le passé, sans pouvoir l'empêcher. Tandis qu'il faisait son possible pour garder son calme, pour ne pas dévoiler sa part d'ombre nettement plus violente à la jeune femme, elle s'évertuait à continuer de le défier. Loin de se douter qu'il s'agissait de la pire idée qu'elle avait eu. Si elle le lançait sur cette voie, ses mots risquaient de dépasser sa pensée et il serait impossible pour lui de se contrôler, de se raisonner. « Il est peut-être pas ton père mais il reste ton supérieur et c'est grâce à lui aussi que tu es là aujourd'hui. Aie un peu plus de respect pour lui, parce que sans lui pour s'occuper de toi au commissariat, tu serais rien du tout je te signale ! Ou tu serais toujours en train de faire la circulation ! Et si ton objectif c'est d'être la reine des pvs, préviens moi et on peut peut-être arranger ça. » , siffla-t-il entre ses dents, méchamment. Il était certainement injuste, mais il n'aimait pas ce qu'il entendait de sa bouche. Les paroles qu'elle employait a l'encontre de Logan alors qu'il faisait de son mieux pour la former convenablement. D'après lui, elle ne pouvait pas avoir de meilleurs supérieurs. Au lieu d'en profiter, elle le dénigrait, comme une petite fille boudeuse. Avec Shane, il était dans la même position que Logan avec Maxyne et il savait pertinemment que jamais il n'aurait cautionné d'entendre autant d'impertinence de la part de son protégé. Chaque jour, son ami faisait son possible pour la former correctement et elle oubliait la reconnaissance pour renier son enseignement de la pire des manières. « Tu crois que parce que t'as eu ton diplôme ça te donne tous les droits ? Ce n'est pas parce qu'on a cette insigne et ce gilet pare-balles qu'on est les rois du monde ! Et ton insigne ne veut pas dire que tu n'as plus rien à apprendre ! C'est maintenant que ton apprentissage commence et que tu dois prouver que t'es une bonne flic ! Mais vu ce que tu as fait aujourd'hui, tu serais peut-être plus efficace pour un bal masqué. », répliqua-t-il pour la faire taire. Il cherchait à lui prouver qu'elle avait commis une erreur, qu'elle n'était pas immortelle et que face au suspect, elle avait eu beaucoup de chance. En appuyant sur les points sensibles, il pouvait passer pour le pire des connards, cela lui importait peu. Elle ne serait ni la première, ni la dernière à le trouver désagréable. A force, il avait cessé d'écouter l'opinion des autres à son égard. Il n'en dormait pas plus mal la nuit. Pourtant, il ne souhaitait pas la laisser avoir des ennuis. C'était injuste qu'elle paie pour ce qu'elle avait fait et il imaginait assez bien la réaction des supérieurs en apprenant ce qui s'était passé. Il regarda l'état de ses mains, une grimace naissant sur ses lèvres, puis il l'aida à les nettoyer. Il était certain qu'en essuyant les traces qu'elle avait sur la peau, il n'y aurait plus rien en dessous. En tout cas, il l'espérait et cela valait mieux pour elle. Il pouvait presque déjà entendre les commentaires mécontents de Logan et les reproches des autres flics s'ils apprenaient la vérité. Et bizarrement, une voix dans sa tête lui répétait de la protéger. De ne pas l'abandonner. Il la regarda un instant, tout en soupirant légèrement. « Tu ne vas dire à personne ce qui s'est passé déjà. Tu nettoies bien tes mains et on va dire que c'est moi. Ce ne sera pas la première fois, je vais me faire passer un savon et ça va t'éviter les problèmes. Parce qu'un coup comme ça avec ton expérience, c'est la mise à pied directe qui t'attend sinon. Donc tu ne dis rien, t'évites de parler à tes supérieurs comme tu l'as fait avec moi et tout ira bien pour toi. Sauf si tu recommences à te la jouer justicière avec un autre suspect évidemment. » , répondit-il bien plus calme que quelques secondes auparavant. C'était n'importe quoi ce qu'il faisait. Il allait volontairement mentir pour sauver la peau d'une gamine qu'il ne connaissait pas tant que ça. Il ne savait pas ce qui le poussait à le faire d'ailleurs, une idée soudaine qui l'obligeait à l'aider plutôt qu'à l'enfoncer, comme il aurait eu le droit de le faire. Chaque individu faisait des erreurs, lui le premier, il collectionnait les mauvais actes et Maxyne ne méritait pas d'être jugée pour une décision prise sous le coup des émotions. Elle n'était ni la première , ni la dernière à flancher. Et il espérait que cela lui servirait de leçon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://surferbabex3.lebonforum.com
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: So thanks for making me a fighter (Hunter)

Revenir en haut Aller en bas

So thanks for making me a fighter (Hunter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Making of Rush Hour 3
» [Making Of] Les goonies.
» [Chaîne]- Naruto a plagié Hunter X Hunter !!! - Plagiat #01
» carbon foot print - making of
» Strongheart, le coeur sur la plume.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forum personnel de Carrie :: Welcome Home :: Ecrits :: Maxyne Coleman (Chloe Bennet)-