mon forum à moi pour mes tests personnels (code CSS, HTML) mais aussi graphisme et stockage de RPG
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Contexte OFM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Admin
Messages : 149
Date d'inscription : 26/06/2012


MessageSujet: Contexte OFM Dim 17 Fév - 18:15

ONLY FOOLING MYSELF
Some people fight, some people fall, others pretend they don't care at all...

Partir à l'aventure. Fuir, ne plus regarder en arrière. Beaucoup d'entre nous sont partis affronter le destin. Peu importe les épreuves de la vie, ce que le destin nous réserve on ne cesse de penser à nos rêves, aux gens qui nous entourent et aux choses qui nous font tenir debout jour après jour. On croit que la vie sera plus facile et même si l'on est désormais seul, on se rattache à une lueur d'espoir. Alors on sert notre couette et l'on se rendort en se promettant que demain sera meilleur, on essaye de croire qu'on a fait le bon choix en laissant notre ancienne vie derrière nous, que celle-ci finira par être meilleur. On se fourvoie, on abandonne le temps d'une respiration, d'une nuit avant de se relever pour se battre à nouveau pour ce en quoi en croit. Finalement on arrive à éviter la noyade, on patauge, on se débat dans ce monde de requin, on a la prospérité, la popularité, un métier et des assistants à notre service. Mais sommes nous heureux pour autant ? Le passé ne cesse de se rappeller à nous, ce vide dans nos coeurs que l'on ne peut remplir, car au fond nous ne sommes jamais réellement partie.

Lorsque je repense à Adelaïde, je ne pense pas au soleil toute l'année, ni même au plage de sable blancs et ses touristes. Non, je pense à la ville en elle-même, son âme, les joies et les peines que j'ai éprouvé. Les journées passées à encourager les surfeurs ou celle passées au zoo, enfant. Certains vous diront que c'est une ville tranquille, où il ne se passe rien. Les voisins vous invites au barbecue le dimanche, la même serveuse vous sert votre muffin préféré sans pour autant oser l'inviter. D'autres diront le contraire, personne ne se lassent des feux de camps sur la plage ou des concerts organisés par la ville sous les étoiles. Peu importe la raison pour laquelle nous sommes partie, nous finissons toujours par revenir. Il n'y a que les départs qui sont remplis d'amertume, les retours ne sont qu'un doux réconfort. Personne ne peut oublier cette petite ville côtière d'Australie dans laquelle nous avons grandi, vécu notre premier amour et connu nos premières peines, ces murs sont remplis de nos souvenirs. Adelaïde restera pour toujours notre havre de paix, une ville où se ressourcer et vivre dans une communauté soudée. Et pour ceux qui viennent d'arriver, ils se laisseront rapidement prendre par le charme de la ville, son atmosphère, ses cafés, ses rues dallées et son journal local, l'Astoria Sun. La ville deviendra une évidence, un lieu où l'on veux vivre, vieillir et mourir auprès de notre famille et de nos amis... Peu importe ce que l'on recherche le plus dans la vie, par quel moyen se fait la quête du bonheur, que ce soit l'argent, l'amour, la famille, les amis, il n'y a qu'un endroit où l'on peut le trouver, c'est en suivant notre coeur et le mien appartient à Adelaïde... Comme beaucoup d'autres, je rentre enfin à la maison... Home is where the heart is...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://surferbabex3.lebonforum.com

Admin
Messages : 149
Date d'inscription : 26/06/2012


MessageSujet: Re: Contexte OFM Dim 17 Fév - 19:47



ONLY FOOLING MYSELF
Some people fight, some people fall, others pretend they don't care at all...
Le bus s'ébranla une nouvelle fois contre le bitume mal entretenu d'une des nombreuses routes d'Australie reliant la Capitale à Adélaïde, une ville côtière. Ma ville natale. Un sourire flottant sur mes lèvres, j'observais la lune ronde, perdue dans mes pensées. J'avais enfin troqué mes tailleurs trop serrés et mes escarpins contre mon vieux jeans et mes baskets. Je redevenais la jeune fille insouciante, souriante et naïve que j'étais auparavant. Ce n'est qu'une fois parti qu'on se rend compte de la vie merveilleuse qu'on menait, je l'ai appris à mes dépends. Le coeur brisé et mon diplôme en poche, comme beaucoup d'autres, j'ai cru que je pourrais partir à la découverte du monde, trouver le bonheur et surtout ma place ailleurs. Mais en fin de compte je n'avais fait que fuir, ma place dans ce monde je l'avais déjà trouvée. Certes j'ai tout de même réussi ma vie. Présentatrice télé de renom j'ai la gloire et l'argent, mais suis-je plus heureuse pour autant ? Non, je suis seule et je n'ai pas trouvé le bonheur. Ce bonheur que je ressentais lorsque petite, mon père m'amenait au zoo d'Adelaïde nourrir les singes ou quand, adolescente, je participais aux nombreux concerts sur la place centrale. Je me souviendrais toute ma vie de ce feu de camp sur la plage pour fêter mon diplôme ou encore de cette soirée dans ce petit bar les pieds dans l'eau pour fêter mes 21 ans, après l'excitation de la compétition du surf. J'étais chez moi et à ma place. Je me souviens encore de mon premier baiser dans le jardin botanique et de mes nombreuses journées shopping avec mes amies à parcourir les rues dallées du centre-ville. Même le journal de la ville, l'Astoria Sun, était écrit par des personnes intègres et j'étais fière lorsqu'ils avaient publié mon premier article. Oui, j'avais préféré m'enfuir, partir au lieu de réaliser que je faisais déjà partie d'une communauté bien soudée où l'on prête sa tondeuse à son voisin qui nous invite en retour à son barbecue du dimanche. Je comprends mieux désormais leurs petits sourires en coin et leurs regards quand je disais vouloir partir à l'aventure. Il n'y avait que moi qui me voilait la face. Mais il n'y a que les départs qui sont remplis d'amertume, les retours ne sont qu'un doux réconfort et, pour la première fois depuis longtemps, je me sens apaisée. Je sais désormais que je vais pouvoir prendre ma vie en mains. Je rentre chez moi. Peu importe ce que l'on recherche le plus dans la vie, par quel moyen se fait la quête du bonheur, que ce soit l'argent, l'amour, la famille, les amis, il n'y a qu'un endroit où l'on peut le trouver, c'est en suivant notre coeur et le mien appartient à Adelaïde... Comme beaucoup d'autres, je rentre enfin à la maison... Home is where the heart is...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://surferbabex3.lebonforum.com

Contexte OFM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Recherche d'un contexte pour nouveau forum rpg
» Contexte RPG
» Mettre un contexte
» Créer une fiche de contexte avec une image en arrière-plan
» Contexte Naruto Akkipuden - Avis + Correction.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forum personnel de Carrie :: Welcome Home :: new catégorie-